Le fond de teint, un concentré d’’innovations

Avec 20 milliards de dollars de ventes mondiales sur l’année 2011 et une croissance de 5.4%, le fond de teint s’avère être un produit stratégique pour les marques. Des experts du domaine ont partagé leurs points de vue lors de l’édition 2013 de MakeUp in Paris.« Le fond de teint est une vraie combinaison d’expertises » introduit Dany Sanz directrice artistique de Make Up For Ever. C’est un produit essentiel mais peu visible « une fois appliqué, il doit se faire oublier or il est à la base de la perfection du maquillage » complète Mario De Luigi, directeur général de B.KOLOR makeup & skincare. Le choix du fond de teint est important. « Les femmes prennent leur temps pour en tester plusieurs et évaluer lequel convient à leur type de peaux, à leur carnation. Elles restent ensuite très fidèles à leur sélection » note Mario De Luigi. Les gammes de couleurs proposées sont conséquentes. En moyenne, une vingtaine de teintes différentes sont créées par les marques. Les textures travaillées se doivent d’être fines, invisibles pour que l’on puisse comme le précise Dany Sanz « retrouver le grain de peau tout en lissant les rides, assurant l’homogénéité du teint et corrigeant les imperfections ». Pour certaines catégories de clientes comme les jeunes ou les seniors, « des grandes consommatrices de fond de teint » selon Mario De Luigi leur type de peaux demande une exigence plus grande.

Un packaging adapté

« Même si le packaging ne va pas être un facteur de vente » comme le précise Laurent Frydlender, directeur de Quadpack France – Yonwoo Europe « il peut être un facteur de non vente ». Le choix du matériau se fait en parallèle du développement des formules. Les contraintes réglementaires liées aux interactions contenu et contenant sont prises en compte dès le début du projet. Des exigences liées à l’absorption, l’adsorption, la perméabilité, le relargage et la neutralité du matériau par rapport aux ingrédients de la formule sont requises avec le nouveau règlement européen mis en place cet été 2013. « Le verre est peu utilisé dans le maquillage mais du fait de sa neutralité il a son importance dans le fond de teint. 70% des produits liquides sont conditionnés ainsi. Nous proposons de plus des traitements hydrophobes, anti-UV aux verres pour assurer une parfaite protection du produit » témoigne Valérie Jacob directrice marketing international de la division parfumerie & cosmétique du groupe SGD. De son côté, Laurent Frydlender expose les importantes recherches réalisées par Yonwoo sur la compatibilité entre les matériaux plastiques et les formules de fond de teint. « Nous avons à disposition des pack airless avec une fermeture extrême assurant une protection optimale du produit ». Préconiser aux clients dans quel type de conditionnement le produit peut-être mis est un besoin requis par les industriels. « Nous devons proposer à nos clients des packs adaptés aux formules réalisées par nos laboratoires » témoigne Mario De Luigi. « Le packaging peut entrer dans la stratégie d’image et d’innovation des marques avec des propositions suivants les codes des maisons » complète Valérie Jacob.

Des systèmes d’application à améliorer

L’applicateur a aussi son importance dans le résultat maquillage or selon nos experts, ils sont déceptifs. « Suivant les applicateurs, le résultat est très différent » affirme Mario De Luigi qui considère que le doigt est le vecteur idéal. Une clef de la réussite selon Laurent Frydlender est « d’adapter l’applicateur à la formule et à l’effet escompté ».
Il reste néanmoins à ne pas oublier comme le fait remarquer Dany Sanz que « la première pulsion d’achat d’un fond de teint est liée à la publicité » mais la qualité des produits et l’adéquation avec le besoin de la cliente permettent d’assurer le ré-achat. N’est-ce pas tout aussi important ?