Daniel Zahn, Zahn Pinsel : « + 20 % de croissance annuelle en cosmetiques ! »

Daniel Zahn, Directeur Général et propriétaire de la 4ème génération de la société du même nom, a de quoi être satisfait. Sa société installée à Bechhofen à une petite heure de route de Nuremberg et qui emploie 75 personnes réalisera cette année plus de 5,2 millions d’’Euros de chiffre d’’affaires. Huit millions de brosses et pinceaux en tous genres seront sortis de ses ateliers. Principal objet de satisfaction, sa pénétration sur le créneau cosmétique qui ne représente encore que 19 % de ses ventes mais qui aura encore progressé de plus de 20 % cette année par rapport à l’’année précédente. Mieux le rythme ne ralentit pas, bien au contraire. Le résultat, selon lui, d’’une solide philosophie basée sur trois préceptes de base : « une large gamme de brosses et de pinceaux innovante et de haute qualité ; un excellent service à la clientèle et un rapport qualité-prix unique ».

Explications……

MakeUp in : Comme quoi on peut être performant en produisant à 85 % en Europe, qui plus est en Allemagne, sur un créneau réputé s’’être délocalisé dans les pays émergents du fait de l’’évolution des coûts de la main d’œ’oeuvre ?

Daniel Zahn : La qualité de la main d’œ’oeuvre est essentielle dans notre métier mais ce n’’est pas tout. Depuis sa création en 1907, la société Zahn Brush est synonyme de savoir-faire dans la fabrication de brosses et de pinceaux, de satisfaction clientèle et de fiabilité. La philosophie de notre entreprise familiale, déjà dans sa 4ème génération, s’’appuie sur les points clé suivants : Inspirer ses clients avec une large gamme de brosses et de pinceaux innovante et de haute qualité ; un service à la clientèle d’’excellence et un rapport qualité-prix unique. Nos efforts à répondre aux besoins précis de nos clients, ont fait de notre entreprise un partenaire apprécié et reconnu dans le monde entier. Beaucoup associent l’Allemagne à des coûts de production élevés, mais pour nous, cela est plutôt synonyme de flexibilité, de productivité et de qualité. Pour accroître la compétitive de notre outil de production, nous investissons dans toutes les dernières technologies, telles que les systèmes informatisés d’impression par transfert thermique, des robots automatisés pour le collage ou la mise en service de scanners sans fil. Certains clients nous confient aussi la gestion de leurs stocks. Tous nos produits sont « faits main » et nous en sommes fiers, mais il ne s’écoule pas un jour au cours d’’une année sans que nous réfléchissions à l’’automatisation d’’une partie du processus de fabrication de nos pinceaux et de nos brosses. Ainsi nous avons, par exemple, réussi à mettre au point une machine automatique de pose des viroles sur le manche.

Tous nos produits et process sont basés sur les standards qualité les plus exigeants, la fourniture de produits élégants avec un design astucieux. Nous sommes fiers d’être l’un des seuls fabricants de brosses et pinceaux au monde à avoir été certifié aux normes ISO 14001, EMAS et FSC..

MakeUp in : Le secteur cosmétique concentre une grande partie de votre énergie !

Daniel Zahn : Au même titre que les autres secteurs mais il est vrai que notre progression sur le créneau de la cosmétique est particulièrement importante depuis cinq ans. Nous allons encore réaliser cette année une progression de 20 % par rapport à l’’exercice précédent. Le chiffre d’’affaires réalisé sera de l’ordre de 1,5 million d’euros sur les 5,2 millions d’euros de l’entreprise. Nous opérons sur trois marchés distincts, le maquillage classique, les ongles et le rasage. Notre positionnement est volontairement un positionnement haut de gamme. Notre champ d’’action commercial se situe à 50 % sur le territoire allemand. Pour le reste, nos marchés de prédilection se situent aussi bien en Italie, en Scandinavie, en Espagne et même aux États-Unis.

MakeUp in : Confiant pour l’’année prochaine ?

Daniel Zahn : Bien sûr ! Notre taux de croissance annuel moyen sur l’’ensemble de nos produits se situe autour de 10 % et il n’y a pas de raison pour ce que ce soit différent en 2015. D’’autant que parallèlement, notre productivité augmente également de 5 % en moyenne chaque année et que nous investissons de l’’ordre de 150 000 euros chaque année dans le process et l’’optimisation de notre production.