Brésil: nette évolution de la distribution des produits de beauté

La distribution au brésil se divise en trois canaux majeurs ; la distribution traditionnelle (détaillants, salons de beauté, para-pharmacies, etc.), les ventes en direct (ventes à domicile) ou les franchises (magasins spécialisés et magasins de marques). Longtemps dominée par la vente à domicile, la distribution des produits de beauté évolue lentement mais sûrement vers une distribution plus sélective. Jusqu’à maintenant les marques comme Avon et Natura dominaient historiquement la distribution de produits cosmétiques grâce à leurs réseaux de ventes directes, le tout avec des produits à prix abordables. La géographie du pays et la culture du marché jouent une grande part dans la dominance de cette typologie de ventes. Les consommatrices peuvent tester les produits en toute sérénité avec leur conseillère. C’’est avant-tout un acte social. Cela favorise aussi l’’emploi et l’’indépendance financière puisque le secteur aurait généré plus de 4000 emplois en 20 ans, selon l’’Abihpec.

En plus des conseillères de ventes, ces marques ont développé les ventes par catalogue et internet, et connaissent désormais la concurrence directe des sites de ventes de produits cosmétiques, ou les acheteuses ont accès à de multiples marques, TopCosmeticos.com.br, BIMcomseticos.com.br, etc.)

A noter également la présence d’un autre concurrent et distributeur multimarques représenté par le groupe Ikezaki, présent à São Paulo depuis 50 ans. Il s’adresse aux professionnels et aux particuliers, avec des marques locales mais aussi internationales (Vult, L’Oréal, etc) à des prix attractifs.

Les brésiliennes et l’accession aux produits “premium”

Les produits à valeur ajoutée attirent de plus en plus de consommatrices à la recherche de meilleures performances et de bénéfices multiples.

L’’innovation et la valeur unique des produits peuvent jouer un rôle attractif sur le marché, précisait récemment Robert Kuruzu d’ABVED sur le site BrazilBeautyNews.

Il existe donc tout un marché à conquérir sur les produits premium avec un réseau de distribution qui se développe en parallèle. En ville on voit de plus en plus de centres commerciaux prendre forme. Avec eux les détaillants multimarques comme Séphora ont des opportunités d’’implantation, ainsi que les franchises des marques comme MAC, Granado , oBoticario ou encore Quem Disse Berenice du groupe oBoticario qui se focalise uniquement sur le maquillage avec des concepts innovants, comme la possibilité de choisir sa brosse indépendamment de son mascara .

Le maquillage secteur phare

L’’obsession brésilienne de la beauté booste le marché du maquillage, avec une demande de produits toujours plus efficaces et adaptés, comme en témoigne Brazil Beauty News.

La demande est plus grande pour des produits de maquillage plus petits, plus pratiques et à multi-usages comme les BB creams, qui offrent une économie d’’argent et de temps. La sophistication est également une tendance qui doit être consolidée dans les prochaines années.

Il est également important de connaître en profondeur les besoins des femmes brésiliennes. L’’adaptation des produits au climat est essentielle, avec des produits qui n’’obstruent pas les pores ou qui combattent la peau grasse, pour des consommatrices qui appliquent du maquillage plus souvent.

Pour saisir les opportunités du marché et faire face aux challenges, il est donc primordial de connaître les réseaux de distribution et les niveaux de prix pour répondre à des consommatrices toujours plus exigeantes et informées » conclut Luiz Alberto Bozzolo, du magazine H&C (Household & Cosméticos) au Brésil.”