Une nouvelle initiative du groupe L’’Oréal : “l’’open development”

Déjà abordée à la soirée organisée en septembre dernier dans le cadre de MakeUp in New York par Stéphanie Martin Vice President Packaging & development , développée tout récemment par Philippe Thuvien, Directeur Packaging & Développement, dans une récente interview accordée à PremiumBeautynews.com, et reprise par Anthony Drouin, Technical Product Development Manager, à MakeUp in Sao Paulo, cette nouvelle initiative est incontestablement une étape importante des relations que souhaite instaurer le groupe L’’Oréal avec ses fournisseurs. Explications…. La globalisation des marchés…, un environnement concurrentiel de plus en plus fort, la nécessité de diminuer l’’impact environnemental…, la volonté de conquérir un milliard de nouveaux consommateurs et d’’être toujours à la pointe de l’’innovation…, sont les enjeux des Équipes Packaging et Développement Produits du Groupe L’’Oréal.

Philippe Thuvien le rappelait récemment « l’univers des cosmétiques doit faire face à une concurrence de plus en plus agressive ; compétition avec des concurrents mondiaux, mais aussi de plus en plus avec des acteurs locaux. Or le Packaging facilite l’’accès à la beauté aux femmes et aux hommes de la planète avec des réponses « produits » adaptées à leurs besoins. Notre objectif pour les années à venir est de contribuer activement à la conquête d’un nouveau milliard de consommateurs en développant des designs attractifs et fonctionnels, des innovations visibles et durables, une maîtrise de la qualité et de la sécurité qui sont autant de valeurs perçues et attendues par nos consommateurs ».

Une année 2014 « riche » en lancements !

A noter que cette année 2014 a été marquée chez L’’Oréal par de grands lancements avec des packagings innovants comme par exemple le mascara Grandiose avec un capot transparent présentant en inclusion une rose dressée dans la transparence de la matière, un ensemble tige « col de cygne » avec un « essoreur » adapté à cette forme et une brosse élastomère offrant ergonomie et précision. Ce mascara permet de réaliser un maquillage symétrique des deux yeux, d’atteindre facilement tous les cils et de les couvrir dès la racine. A noter également Color Elixir de Maybelline, un rouge à lèvres liquide dont le design rappelle les codes d’un RAL traditionnel et dont la performance repose sur un applicateur souple vêtu d’un flocage extra-doux permettant une application contrôlée avec précision. Le double tube L’Oréal Professionnel, quant à lui, associe un gel de styling et une crème de soin cheveux dans un même packaging ; la complexité consistant à restituer de façon homogène et avec la même quantité 2 types de formule avec des viscosités différentes. Enfin Bonbon de Viktor and Rolf avec son flacon pompe et son col rentrant par rapport aux épaules du flacon en forme « d’ailes », son poids de verre important sur une faible hauteur, ses plis dans les « ailes » a posé de vraies difficultés pour « charger » le verre dans le moule et le laquage du flacon.

« Conquérir un milliard de nouveaux consommateurs, explique Philippe Thuvien, c’est, pour le Groupe L’Oréal, développer des produits répondant à leurs besoins et à leurs attentes. Le Packaging doit permettre aux marchés émergeants d’accéder à la beauté, avec une innovation accessible répondant aux aspirations et routines de beauté, au climat et à la culture. L’innovation visible, la valeur perçue, et la performance produits seront clés pour conquérir ces nouveaux consommateurs mais aussi pour garder nos consommateurs actuels. »

La stabilité et la compatibilité contenant/contenu sont des enjeux majeurs dans le développement de nos nouveaux produits. Le Packaging préserve le produit des conditions extérieures (contamination, lumière, oxydation, gaz…) mais son interaction avec la formule ne doit pas présenter de risque sur la stabilité du produit et par conséquent sa performance. Le rôle des équipes Compatibilité est, bien sûr, de réaliser les tests sur les produits, mais aussi, de participer en amont à la conception packaging en émettant des recommandations sur la base des caractéristiques formules, de réaliser des analyses de risque pour s’orienter vers des tests classiques, renforcés ou réduits, ou des extrapolations.

L’’Open Development : une démarche innovante

« C’est un partenariat « gagnant gagnant », explique-t-on chez L’’Oréal. Nos fournisseurs nous proposant des innovations Packaging et « Produits Finis » en exclusivité. Notre objectif étant d’’accélérer le « time to market » de ces innovations, nous travaillons avec ces partenaires à la délégation de leurs homologations. »
« Le Groupe L’Oréal, souligne Stéphanie Martins, dépense plus d’un milliard de dollars par an avec les fabricants à façon, avec un large pourcentage réservé aux technologies dont le fournisseur est le propriétaire. Le marché des cosmétiques couleurs devient de plus en plus fragmenté avec les marques indépendantes et en développement. Ces marques arrivent à se faire une place sur le marché en utilisant des procédés de lancement « non-traditionnels ». L’Oréal, afin de renforcer sa compétitivité, doit rompre avec ses paradigmes actuels. Un apprentissage global clé est que L’Oréal peut tirer avantage à devenir plus réactif aux tendances. Un travail important sur la Qualité et l’Efficacité a permis de créer un processus axé sur l’’environnement. Dans notre « Ancien mode de fonctionnement », nous pensions que toutes les inventions devaient venir de chez nous ! Dans le « Nouveau mode de fonctionnement », il est plus intéressant de tirer parti de l’expertise des fournisseurs de composants et des sous-traitants. Nous avons besoin de partenaires axés sur la Qualité avec lesquels que nous pouvons construire un « pipeline ». Nous ne souhaitons pas les « L’Oréaliser », nous voulons convertir leur expertise en « expériences marché » pour améliorer la mise sur le marché ».