Damien Dufresne, maquilleur multi-talents : “la tendance, c’est qu’il n’y en a pas !”

Damien Dufresne, maquilleur multi-talents, vient de participer au Défilé L’Oréal Haute Coiffure Française au Carrousel de Louvre où il officie en tant que Chef Maquilleur depuis plus de 15 ans. L’occasion de revenir sur son travail, sa passion pour la photographie, son livre en préparation et sa vision du secteur du maquillage.

MakeUp in …™ : Malgré l’effervescence qui règne dans les coulisses du Défilé L’Oréal – Haute Coiffure Française, vous étiez très détendu.

Damien Dufresne : J’étais détendu car il y a eu un gros travail préparation en amont, que j’étais entouré d’une très bonne équipe et que nous travaillions pour des coiffeurs de talent qui nous font confiance.
Chef maquilleur sur un défilé c’est comme le chef de rang dans un restaurant : il coordonne et veille au bon déroulement des événements pendant le coup de feu. C’est un coup de pouce à la créativité avec une part d’adrénaline.

MakeUp in …™ : Vous sentez-vous plus à l’aise dans cette ambiance ou dans celle d’un studio photo ?

Damien Dufresne : Les deux me conviennent, c’est le même métier.

J’exerce le métier de maquilleur depuis 30 ans, 20 ans en tant que maquilleur studio, ensuite 10 ans ou je me suis partagé entre le travail studio et la direction artistique, l’élaboration de cahier de tendances, la mise au point des couleurs en laboratoire..
Et depuis trois ans j’y ai ajouté les photos.

MakeUp in …™ : Un défilé laisse-t-il plus de place à l’improvisation qu’un shooting où tout est millimétré au détail près ?

Damien Dufresne : Pour les défilés de la Haute Coiffure Française avec qui je travaille depui s15 ans il s’est installée entre les coiffeurs ambassadeurs de l’Oréal et moi même une véritable relation de confiance. C’est un gros challenge d’abord parce que le Carrousel du Louvre est une salle est magnifique et parce que nous ne maquillons pas moins de 50 mannequins.
Je suis évidemment à l’écoute des besoins du chorégaphe et des coifeurs, j’assiste aux briefings, aux répétitions… mais en retour, on m’accorde une part de liberté.

MakeUp in …™ : Les coulisses d’un défilé, c’est aussi beaucoup d’organisation et surtout un travail d’équipe. D’après-vous quelles sont les qualités d’un bon chef maquilleur ?

Damien Dufresne : La première qualité c’est d’être organisé. La seconde c’est d’être rassembleur, fédérateur. J’aime à penser que je suis un bon chef d’équipe. Mais je n’ai aucun mérite car j’ai la chance aujourd’hui de pouvoir choisir les maquilleurs dont je respecte le travail. Je me fais aussi un point d’honneur à choisir des personnes complémentaires qui ont un esprit d’équipe qui sont capable de s’entre-aider.
À ce stade de ma carrière, il est très plaisant de partager ma passion avec des maquilleurs plus jeunes, d’horizons différents, de les aider à prendre confiance en eux, et peut être de retrouver en chacun d’eux… une part de moi quand j’avais leur âge .

MakeUp in …™ : Qui vous a le plus influencé dans votre carrière ?
Quelles sont vos références ?

Damien Dufresne : Le premier bien sûr c’est Serge Lutens, c’est comme exemple un maître. Tyen aussi bien sûr, un artiste à part entière.
Plus tard Topolino pour son audace, son mépris des codes, en un mot sa liberté. Et puis Pat Mc Graph à qui John Galliano a autorisé toutes les excès . Grâce à chacun d’eux la créativité, les couleurs ont repris leur place dans la défilés et les magazines.

MakeUp in …™ : Quelles sont d’après-vous les tendances actuelles sur lesquelles on peut miser sur le long terme ?

Damien Dufresne : La tendance c’est qu’il n’y en a pas ! Si on compare avec la mode par exemple, il y a encore 20 ans, il fallait porter les jupes à une certaine longueur, une certaine couleur et l’année suivante, c’était tout le contraire. Mais aujourd’hui ces codes n’existent plus. C’est la même chose en maquillage. On peut tout faire, tout porter, du moment que c’est la bonne personne, la bonne circonstance.
Ce qui change c ‘est la technologie.
Pour le long terme, je le pense et le dis haut et fort depuis longtemps, c’est évidemment le « maquillage soin » ou le « soin qui maquille » qui va devenir leader, s’il ne l’est pas déjà.

MakeUp in …™ : Le maquillage ne connaît pas la crise et les ventes continuent de progresser. Qu’est-ce qui explique un tel engouement pour le maquillage aujourd’hui ?

Damien Dufresne : On utilise plus de maquillage aujourd’hui, il est entré dans les mœurs. Le marketing a suscité le besoin. Ma mère utilisait une couleur de rouge à lèves, aujourd’hui une femme en possède plusieurs un pour le l’hiver , un pour l’été, un gloss… Même s’il est vrai que le pouvoir d’achat a baissé, les femmes consomment plus de maquillage qu’avant. Le blush, le mascara, le gloss restent très abordables. Une femme ne va pas arrêter de mettre du mascara parce que c’est la crise !
Et si on compare le prix d’un fond de teint L’Oréal qui va durer trois mois c’est presque dérisoire par rapport au prix d’un ticket de métro…

MakeUp in …™ : Vous avez déjà crée une gamme de pinceaux. La création d’une gamme de maquillage Damien Dufresne, c’est une aventure qui vous tente ?

Damien Dufresne : Je pense avoir maintenant suffisamment d’expérience pour mettre au point une gamme de maquillage.
Reste à trouver les partenaires, les investisseurs audacieux et les réseaux de distribution.
Une gamme ce n’est pas l’affaire d’une seule personne mais d’un groupe.
Mais bien sûr que l’aventure me tente.
Je crois surtout à la différence, à l’identité et à l’intégrité.
Ce serait une gamme courte, très personnelle basée sur ma connaissance des textures, mon expérience de maquilleur et ma connaissance du besoin des femmes au quotidien.
Je rêve d’une marque sans publicité ou on investirait tout l’argent dans le recherche et la qualité des textures et des ingrédients et non pas dans la publicité.
Penser à la créativité, la grande qualité des textures et des packaging, le respect de la cliente, pour moi « l’ excellente du produit » est à lui seul un gage de réussite.
La publicité outrancière et l’utilisation de stars ont fait leur temps, les blog ont pris le relais. Les produits à succès de demain sont des produits de qualité fait par des professionnels dignes de ce nom, qui respectent la cliente et l’environnement.
Parce qu’aujourd’hui les femmes parlent, échangent.
A la différence de certaines rédactrices dont c’est le métier de faire des articles, ou de certains magazines qui doivent mettre en avant certains produits car ce sont des annonceurs.
Les bloggeuses elles sont passionnées elles contentent d’essayer les nouveaux produits et de donner un avis personnel.

MakeUp in …™ : On peut dire que vous êtes un artiste complet. Y-a-t-il un pan du maquillage que vous n’avez pas encore exploré ?

Damien Dufresne : Je ne pensais pas, en débutant ma carrière, que le monde du maquillage offrait autant de possibilités, maquilleur studio, de cinéma, de stars, de défilés, directeur artistique, créateur de cahiers de tendances, mise au point des couleurs en partenariat avec les laboratoires… Je pensais avoir exploré toutes les possibilités qu’offre ce métier et je m’étais trompé. Je ne pensais pas non plus que la direction artistique me mènerait aussi à l’image et à la photo.

MakeUp in …™ : Pouvez-vous nous parler de votre activité de consultant que vous avez développé en parallèle de votre activité de maquilleur ?

Damien Dufresne : J’ai d’abord été consultant pour différentes marques avant de penser ouvrir mon propre bureau.
L’idée de créer un bureau de consulting consacré uniquement au maquillage est venu naturellement comme la photo.
Aujourd’hui les marques de maquillages s’adressent à des bureaux de tendances génériques, pour connaître les couleurs qui feront les tendances des prochaines années.
Le problème c’est comment adapter les couleurs tendances de l’année suivante au maquillage.
Nous, notre différence et notre force c’est que nous sommes des maquilleurs et que maquilleurs c’est un métier, un vrai.
Je me suis entouré d’une équipe d’experts, de maquilleurs de générations et de cultures différentes.
Nous avons donc la capacité d’aider les laboratoires et les marques, à tous les stades, de la création à la finalisation. Nous pouvons réaliser des cahiers de tendances, collaborer à la mise au point des couleurs et à leur adaptation avec des textures, aider les marques à faire des choix de textures chez les fournisseurs en donnant notre avis d’expert, conseiller et réaliser des visuels de communication….

MakeUp in …™ : Pouvez-vous nous décrire en quelques mots le concept de votre prochain livre ?

Damien Dufresne : C’est avant tout un livre de photos avant d’être un livre de maquillage.
C’est la rencontre entre la photo et le maquillage que je fais aujourd’hui et qui résume mes 30 ans d’expériences

MakeUp in …™ : Ce livre s’inscrit-il dans la continuité de votre ouvrage “Wake Up” publié en 2003 ?

Damien Dufresne : Oui et non.
Oui car « Wake Up » a été mon premier espace de liberté en tant que maquilleur dans le sens où je choisissais pour la première fois les mannequins, les maquillages et les photos.
Non dans le sens ou aujourd’hui je réalise les photos moi même. Le maquillage est une composante, comme la lumière, le modèle et tout le reste. C’est un livre de photos.
Ce livre, c’est ma recréation, c’est un cadeau que je me fais.
La continuité tient surtout du fait que je m’entoure de gens que j’aime et que je respecte et que je ne perds pas l’idée que c’est un travail d’équipe.