Beauté…. Une obsession américaine ?

Dans cet univers de la Beauté en rapide et constante évolution, il semble que plus les choses changent et plus elles restent les mêmes. Mais est-ce vraiment le cas ? Dans cette analyse approfondie sur l’état des lieux de la Beauté américaine, Jennifer Stansbury de l’Agence de consulting The Benchmarking Company (TBC) partagera à MakeUp in NewYork ses découvertes issues du rapport “PinkReport” de la TBC intitulé : The American Consumer’s Obsession with Beauty Products, Yesterday, Today and Tomorrow (L’obsession de la consommatrice américaine pour les produits de beauté, hier, aujourd’hui et demain).

2016-08-02

Par un regard rétrospectif sur les tendances beauté d’hier, sur les influencers, les comportements, mais aussi par un examen complet du paysage de la beauté actuel, le rapport PinkReport 2016 révèle à quel point le secteur a changé au cours de ces dix dernières années, mais il sonde aussi le futur pour découvrir les prochaines tendances. A MakeUp in NewYork, Jennifer Stansbury explorera :

1) Les nouveaux lieux où la consommatrice américaine fait ses achats : il y a eu un changement radical concernant les endroits où les femmes faisaient leurs achats il y a 10 ans et maintenant. Jennifer Stansbury détaillera comment les distributeurs tels qu’Amazon.com, les circuits d’achat à domicile comme QVC et les boutiques spécialisées telles que Sephora mettent à profit un arsenal d’outils pour séduire les consommatrices de produits cosmétiques, loin des gros distributeurs de produits cosmétiques traditionnels.

2) Le phénomène G2G (Girl to Girl ou de Copine à copine) ou comment, grâce à la prolifération des médias sociaux, son cercle d’amies virtuelles s’est agrandi. TBC examinera comment le phénomène G2G a explosé de façon exponentielle au cours des 10 dernières années et comment les médias sociaux ont changé la façon dont Elle échange des conseils de beauté. Que ce soit par les didacticiels en ligne, l’envoi de selfies, la lecture et les commentaires sur les présentations de produits, les réseaux sociaux ont le pouvoir de faire vendre ou de coul=ler les produits ou marques cosmétiques.

3) Les lignes floues : ou comment les marques de beauté masstige sont en train de rapidement réduire l’écart entre luxe et valeur, pour le plus grand bonheur des consommatrices. La clé de leur succès se situant quelque part entre l’innovation, la commodité et la valeur.

Un mot sur Jennifer Stansbury

Basée dans la région de Washington, DC, Jennifer Stansbury a travaillé en tant que professionnelle pendant près de 20 ans dans le domaine du marketing, de la communication et de la recherche, et par la mise en œuvre de stratégies marketing efficaces, elle a su développer avec succès les parts de marché des entreprises évoluant dans différents domaines. Grâce à l’élaboration et l’exécution de programmes de recherche ultra focalisés, ses conseils stratégiques permettent à ses clients de découvrir les comportements d’achat des consommateurs, ainsi que leurs désirs et besoins. Elle recueille également les revendications produit essentiels aux services marketing, à la publicité, à la promotion du produit et à sa commercialisation. Jennifer possède une vaste expérience dans la création et dans la conduite en ligne et en personne de programmes de recherche consuméristes pour l’industrie de la beauté.

Conférence

MakeUp in NewYork – 8 Septembre – 11h50 – 12h30

« Les 10 années de “Beauty Benchmark” : Une passion consumériste pour tout ce qui concerne la Beauté »
Conférence par Jenn Stansbury, Co-fondatrice et Managing Partner, The BenchMarking Company.