MakeUp in NewYork 2013 présentera une collection privée et unique de rouges à lèvres d’époque

Pour la première fois aux Etats-Unis, MakeUp in NewYork accueillera une exposition historique d’objets de maquillage iconiques, les 25 et 26 Septembre au Center548 (dans le quartier de Chelsea et Meatpacking).

L’expert et collectionneur Jean-Marie Martin-Hattemberg et la conservatrice Anne Camili, dévoilaient la saga du rouge à lèvres dans le livre « Lèvres de luxe » dans un diapason de tons vibrants de couleur, de notes historiques et techniques, ponctuée d’anecdotes insolites.

Le résultat de deux ans de recherches, les plonge dans le monde de l’élégance, de la sédution et de la beauté. Synonyme de féminité, avec le temps, le Rouge à Lèvres est devenu le complice de la femme. L’exposition nous fera découvrir de belles pièces parmi la collection de l’auteur qui rassemble plus de trois cents pièces du XIXème siècle à aujourd’hui.

“Le Rouge à lèvres est un objet captivant de séduction. Plus que l’objet lui-même, c’est l’histoire qui se cache derrière,… l’histoire d’une femme, le secret d’une femme fatale romantique, ou les aventures d’une vamp mortelle. Chaque boitier de rouge à lèvres cache son propre mystère et charme. La couleur ajoute seulement à son attraction, une expression de sensualité assourdie ou franche. Collectionner des rouge à lèvres est comme une prise de possession de l’âme de chaque mystèrieuse et imaginaire femme qui traverse mon esprit ou sublime mes fantaisies. Pour chacun de mes boitiers de rouge à lèvres, il y a une femme dont la beauté fait partie de mes rêves.” Telles sont les pensées de ce singulier collectionneur fasciné par ces fabuleux accessoires.

Le maquillage représente aux Etats-Unis, ce que le parfum représente en France : un héritage exceptionnel, une expertise reconnue, des marques iconiques et une créativité sans fin.

En or massif ou en argent, plaqué or ou argent, incrusté de pierres précieuses ou imitation bijoux entre 1945 et 1950, le boitier de rouge à lèvres devient le nouvel accessoire de mode. Les boitiers signés Cartier, Hermès, Van Cleef & Arpels ou Chaumet rivalisent d’élégance.

Entre 1961 et 1963, Revlon transforme le tube à rouge à lèvres en objet de mode en forme de petite figurine appelée “Couturine, le rouge à lèvres de poupée”, un nom amusant qui semble se référer à un kit de voyage contenant aiguille et fils. En cellulose de cuivre et thermoformée, engainée dans du polychrome et du satin, ce boitier rechargeable est devenu une charmante curiosité sur les tables de toilette. Chaque poupée représentait une actrice célèbre de l’époque (Shirley MacLaine, Marilyn Monroe, Bette Davis)…

Davantage à découvrir à MakeUp in NewYork.