MakeUp in Seoul, 6 & 7 Avril 2016 : « the place to be ! »

MakeUp in Seoul ouvrira ses portes dans cinq mois ! Et, déjà, l’ensemble de la filière maquillage et skin-care asiatique s’y prépare. Jamais sans doute dans l’histoire de ce pays, un secteur économique n’avait rencontré un tel engouement à tous les niveaux, depuis les fournisseurs d’ingrédients jusqu’au consommateur final en passant par les industriels de la formulation, les fabricants de packaging et d’accessoires et, bien sûr, les marques qu’elles soient chinoises, américaines ou européennes.

Pour preuve, les ouvertures successives en quelques mois de plusieurs centres de recherches et de développements dans ce pays, comme celui d’Estée Lauder et d’Intercos, sans parler de la véritable « folie d’embauches » de la part de sociétés occidentales. Une folie qui aspire littéralement les ingénieurs chimistes coréens hors des frontières de leur pays. Sans oublier aussi la contagion de ce qui est aujourd’hui devenu un must en Asie, « La Beauté Coréenne », qui hypnotise des centaines de milliers d’asiatiques, en particulier chinoises, qui repartent chaque week-end de Séoul avec des valises remplies à craquer de produits de beauté.

2015-11-02

Oui, décidément, la Corée du Sud n’a pas fini de nous étonner. Un pays qui, vingtcinq ans auparavant, était considéré comme « en voie de développement ». A peine croyable lorsqu’on voit un tel parcours mais, finalement, rassurant pour ceux qui ont encore comme principe la valeur « travail ».

Un diplôme d’Etat pour les maquilleurs !

Car ils « bossent » les Coréens, et le secteur du maquillage en est aussi une preuve. Les écoles de maquillage foisonnent et chaque élève a vraiment à cœur d’y arriver. L’Etat coréen, contrairement à d’autres (chercher l’erreur !) , a comme premier principe d’aider d’abord à bon escient tout le tissu économique en accompagnant, entre autres, financièrement les entreprises dans leur conquête des marchés étrangers, en participant à tout ce qui peut promouvoir telle ou telle filière. Dernier événement en date qui touche directement la formation des jeunes aux métiers de la beauté, la création d’un diplôme à part entière qui ne concernera que la profession de maquilleur.
2015-11-03A partir du 1er janvier 2016 il sera donc possible d’obtenir ce diplôme alors que jusqu’à présent un simple diplôme de coiffeur professionnel permettait d’exercer et de revendiquer le métier de maquilleur mais sans réelle légitimité pour ce métier. Il s’agit donc d’une étape importante en Corée qui ne peut que renforcer une filière professionnelle dont les retombées économiques pour ce pays ne cessent de s’accroître. Une nouvelle saluée par toute la profession et, en particulier, madame Sae-Hee Oh, Présidente de la plus grosse association coréenne de MakeUp Artists qui organisait à Séoul la semaine dernière l’un de ses grands concours annuels auquel l’équipe de MakeUp in Seoul avait été conviée.

Créativité : une histoire de gènes !

« Nous sommes en état de survie permanente ! ». Cette phrase exprimée assez régulièrement par les Coréens est sûrement l’une des raisons de cette créativité qui émerge à chaque coin de rue, à chaque page de magazine, dans chaque boutique de ces fameuses rues consacrées sur des centaines de mètres à la « Beauté ». Que ce soit dans le domaine des systèmes airless, des fonds de teints, des « Cushion » et des applicateurs en tous genres, la Corée épate et surprend ! « Pas un mois, confie une consultante spécialisée dans la veille produits en Corée, sans que plusieurs nouveautés sortent dans les magasins ! ». Dernier effet de surprise de ces « diables » de Coréens la nouvelle tendance qui consiste à se maquiller pour « avoir la gueule de bois ! ». En général c’est l’inverse, le maquillage sert à cacher les traces de fatigue et les défauts. Alors que là, le principe consiste à creuser les cernes, se faire un teint terne et donner un air « used » à son maquillage. Cela s’appelle le « Hangover ». Et, en plus, ils ont de l’humour !

2015-11-04Pas étonnant, dans ces conditions, que les majors occidentaux des produits cosmétiques veuillent s’imbiber de « l’ambiance ». Dernier exemple en date, l’ouverture par la société italienne Intercos d’un Centre d’Innovation situé dans le complexe Recherches & Développement hautement technologique de la « Pangol Techno Valley », ce centre sera chargé de la conception de formules, du développement des matières premières, d’innovation packaging et de la découverte de nouvelles tendances sur le marché. Ce Centre permettra également de soutenir la division cosmétique du Groupe, CRB. “Nous comptons bien renforcer notre position et notre savoir-faire en pénétrant ce marché spécifique de la Corée du Sud, précisent les responsables d’Intercos, un pays qui marque de son empreinte les tendances beauté, le packaging et les formules innovantes non seulement en Asie mais aussi dans le monde entier ».

Une ambiance contagieuse

On peut effectivement parler de « contagion ». « La Corée nous a passé son virus », entend-on çà et là ! Cette saine contagion sera l’un des éléments forts du prochain MakeUp in Seoul qui se déroulera pour la première fois sur deux niveaux les 6 & 7 avril 2016 à l’hôtel Conrad. Le top des fournisseurs asiatiques et européens sera au rendez-vous.