Dans deux mois un premier MakeUp in SaoPaulo “exclusif” !

Plus que deux mois et la 1ère édition de MakeUp in SaoPaulo ouvrira ses portes dans les salons de l’hôtel Renaissance à Sao Paulo, les 3 et 4 décembre 2014. Au programme : deux jours de conférences et la présence des plus importants leaders de la filière maquillage mondiale de la formulation et du full service comme le groupe italien Intercos, les français Fiabila, Strand Cosmetics, Sleever, SIMP et Aesthete, les allemands Weckerle et Faber Castell, les américains Oxygen, Topline et Polychromatic, sans oublier la filière packaging avec la présence de l’’un des leaders mondiaux de la fabrication et du remplissage de mascaras, l’’allemand Geka et des sociétés italiennes, également leaders dans leur domaine, Baralan et Lumson. A noter aussi la présence du leader américain de l’’échantillon, avec sa filiale brésilienne Arcade Lamtam.

Paradoxe de cet environnement maquillage en Amérique du sud, autant le potentiel de vente aux consommateurs finaux est immense (plus de 200 millions d’’habitants au Brésil, le 5e pays le plus peuplé de la planète, une dynamique du secteur du maquillage extraordinaire en Colombie, au Chili, au Pérou, au Guatemala, etc…) autant celui de la filière industrielle est étroite et se résume finalement à quelques sous-traitants soit locaux soit filiales de quelques industriels européens et à une dizaine de marques leaders du marché avec quelques très gros « faiseurs » comme les brésiliens O’Boticario, Natura…, les péruviens Belcorp et Yanbal…., et le colombien Vogue repris par L’Oréal ….

Pierre Miasnik, Pdg du géant français du vernis à ongles dans le monde sur le point d’’ouvrir sa première usine à Sao Paulo, résume bien la situation : « Le marché est effectivement énorme au Brésil mais le problème c’’est que, du fait des difficultés pour y entrer, il y a un manque chronique de fournisseurs qui offrent précisément une gamme de produits diversifiés. En clair, il faut donc démarrer une activité sur place pour créer le marché ! ». Les responsables R&D et marketing des principales marques brésiliennes et, plus généralement, sud américaines sont enthousiastes à l’’idée qu’’enfin une manifestation professionnelle sur le secteur du maquillage ouvre ses portes. Et tout porte à croire que la demande va surpasser dans un premier temps largement l’’offre. C’’est tant mieux pour ceux qui seront là au premier MakeUp in SaoPaulo !

Panorama du marché du maquillage en Amérique latine

Brésil : 36 millions de nouveaux consommateurs

On peut rappeler que le Brésil se classe actuellement au 3ème rang mondial dans le domaine des cosmétiques et des produits d’hygiène, avec un chiffre d’affaires 17,6 milliard USD avec une croissance annuelle moyenne supérieure à 10% sur ces 17 dernières années. Cette croissance devrait, selon tous les spécialistes du secteur, se poursuivre au cours des prochaines années, avec 36 millions de nouveaux consommateurs qui devraient accéder à la classe moyenne ou supérieure d’ici 2020.

Dans un marché régional estimé à près de 80Md USD (valeurs ventes – sources GCI), le Pérou, la Colombie, le Venezuela mais aussi le Chili contribuent fortement à la croissance économique du marché cosmétique d’Amérique Latine.

Chili : 8 % par an

Les ventes de produits cosmétiques au Chili ont atteint plus de 2,8 Md USD en 2012, soit plus de 4,5 % du marché mondial. Le marché croît à un rythme de 8 % par an. Les dépenses de cosmétiques par tête ont représenté en 2013 160 USD, ce qui place le Chili en deuxième position régionale derrière le Brésil (215 USD). Le segment des produits capillaires représente 21,5 % du total, la parfumerie 17 %, les soins de la peau 15,5 % et le maquillage 9,5 %. Les produits importés représentent les trois quarts du marché. La France est le premier fournisseur du Chili avec un quart du marché. Le groupe L’’Oréal est le leader incontesté du marché grand public, devant Unilever et Avon.

Venezuela et Colombie en hausse

Le Venezuela connaît la plus forte consommation de produit cosmétique par habitant, avec non moins de 9 produits par consommatrice par semaine (sources Kantar Media, TGI).

Le marché des soins du visage par exemple, en Colombie représente 207,5 m€ en 2012, et connaît une croissance moyenne de 8,5% par an. Au Mexique, la valeur du marché des cosmétique pour le visage représente 643,390 m€ (sources Mintel).

Dans une région ou les canaux de distribution sont en plein développement, et où la vente de produits cosmétiques se fait surtout en direct, le potentiel du marché reste immense lorsque l’’on a pu analyser que les consommatrices d’’Amérique Latine (71%) utilisent au moins 5 produits dans leur soin cosmétique hebdomadaire dont : blush, maquillage pour les yeux, poudre, rouge à lèvre ou gloss, vernis à ongles, crème visage, nettoyant visage, crème lissante pou les cheveux, parfum ou encore crème pour les mains (sources Kantar Media, TGI).

Pérou : croissance du maquillage

Le marché des produits cosmétiques et d’’hygiène au Pérou dépasse les 1.26 milliards de USD. Les produits de maquillage ont fortement cru au cours de ces dernières années, notamment le maquillage des yeux.

Les principaux fabricants sont BELCORP SA (L’Ebel) et UNIQUE S.A., suivies de Oriflame S.A. et Avon S.A qui distribuent leurs produits par catalogue. Belcorp, avec ses produits cosmétiques et dermo-cosmétiques, de maquillage, … sous les marques Ebel, Esika, Cyzone et Glance est l’entreprise leader.La société détiendrait 34% des parts de marché. Elle exporte vers les pays d’’Amérique latine, les Etats Unis et le Mexique. Unique et la Corporation Yanbal offrent des soins de la peau, du maquillage, des fragrances, des produits d’’hygiène, des produits pour enfants ainsi que des bijoux de fantaisie de haute qualité et designs originaux. Elle détient 15% des parts de marché. Elle exporte également, en particulier aux Etats Unis.