MakeUp in SaoPaulo : deux jours de débats

Les bonnes raisons ne manquent pas de venir participer aux conférences de MakeUp in SaoPaulo les 3 & 4 décembre prochains : Qualité des présentations, pertinence des personnalités qui participeront aux tables rondes….. Des débats qui se dérouleront juste au moment où tous les indicateurs de croissance du secteur du maquillage au Brésil, comme le démontre l’extrait de la dernière étude Canadean parue hier dans PremiumBeautynews, sont au “vert”. Ca tombe bien, le vert est la couleur dominante du drapeau brésilien ! Et, en plus, vous saurez tout sur les marchés en croissance dans le monde, en particulier l’Asie, qui montre l’exemple avec la présentation donnée par Florence Bernardin le 4 décembre à 17h. A ne pas rater !
MakeUp in SaoPaulo tombe bien ! Selon les chiffres publiés hier par PremiumBeautnews, chiffres issues d’une étude Canadean, le marché du maquillage au Brésil va passer de 7,1 milliards de réals brésiliens (3,2 milliards de dollars) en 2013 à 13,4 milliards (5,1 milliards de dollars) fin de 2018 et ceci, malgré la stagnation du reste de l’économie, en récession au cours de trois des quatre derniers trimestres. Le marché de la beauté et des produits cosmétiques au Brésil reste donc dynamique. « Cela prouve que le marché du maquillage au Brésil est en plein essor – même en période de faible confiance des consommateurs et dans les zones les plus pauvres du pays, » explique la société d’études de marché.

Toujours selon l’étude Canadean, « la vente directe de produits en dehors d’un point de vente fixe demeure très populaire pour les produits de maquillage au Brésil. La vente directe est un moment agréable pour les consommatrices qui prennent le temps de feuilleter le catalogue et construisent une relation plaisante avec la représentante locale de la marque »

L’Asie : Une locomotive qui donne l’exemple !

Les routines de beauté en provenance d’’Asie, les produits, textures … sont plus qu’inspirationnelles pour le monde de la beauté du mode entier. Adeptes du démaquillage à l’’eau et de la purification, en quête de textures légères pour les appliquer en multicouches superposées, obsédées par la peau parfaite et sous le joug de la pression sociale en matière de look idéal, les femmes asiatiques savent combiner plaisir, émotion et efficacité.

Trois exemples le prouvent :

– En lien avec l’’approche des médecines traditionnelles (TCM) qui mettent l’’accent avant tout sur la beauté intérieure, les produits cosmétiques asiatiques sont infusés d’’ingrédients naturels et du pouvoir de la nature. Ils essaient de compenser les déséquilibres des modes de vie modernes en ciblant le manque de sommeil, le rush du matin ou l’’alimentation déséquilibrée…

– Par ailleurs, afin de protéger la peau des signes de vieillissement que sont les taches pigmentaires, le ternissement du teint, la protection UV aux indices élevés de type SPF50 est un must quotidien aussi bien en intérieur qu’en extérieur . La pollution est une préoccupation majeure et les protections UV agissent à la fois comme filtre mais également comme renforçateur de la fonction barrière de la peau.

– Enfin les soins capillaires, du lavage au coiffage sont une préoccupation quotidienne car non seulement la coloration ou les permanentes mais également le vieillissement ou encore les expositions aux UV abîment les cheveux et … le cuir chevelu, ce nouveau territoire cutané.

Sous bien des aspects, il est très intéressant de noter que les développements asiatiques sont très proches des attentes des femmes d’’Amérique latine : une peau propre et pure sous climat chaud et humide, des formules smudge proof et sweat proof, des produits d’inspiration naturelle, des textures légères et aqueuses, UV protection, maquillage anti-luisance…

L’’objectif de la présentation faite par Florence Bernardin sera de mettre en lumière combien l’’Asie peut inspirer l’’Amérique Latine en matière de produits cosmétiques…. A ne pas rater !

Enregistrez-vous dès maintenant pour obtenir votre invitation gratuite