MakeUp in SaoPaulo sera à la hausse !

La seconde édition de MakeUp in SaoPaulo s’annonce comme l’exception qui confirme la règle. Dans un pays soumis à de sérieuses difficultés économiques, MakeUp in SaoPaulo sera à la hausse. Car non seulement tous les participants de la première édition ont à nouveau répondu “présents” les 8 et 9 décembre prochains, mais plusieurs nouveaux exposants ont décidé de s’inscrire parmi lesquelles les sociétés Ipel/Qualipac, Schwan Cosmetics, Cosmogen, Adhespack, Cosfibel…. Et ce n’est pas fini ! D’autres inscriptions sont en cours de finalisation ce mois-ci. Le taux de progression en nombre d’exposants entre 2014 et 2015 dépassera les 30 % !

2015-08-01Souvenez-vous du message passé à la conférence “Spécial Brésil” en juin dernier à MakeUp in Paris par mesdames Nazish Munchenbach de Granado, Vanessa Machado de Quem Disse Berenice (Groupe O Boticario) et Maria Paula Fonseca de Natura : Leur message aux fournisseurs de la cosmétique était clair : Venez, nous avons besoin de vous !

Car le Brésil est, et restera pour les années à venir, un pays à fort potentiel pour l’industrie cosmétique. Plutôt que de s’engager dans une stratégie mondiale hâtive, les marques brésiliennes préfèrent s’inscrire dans cet essor et conforter leur place aux côtés d’une présence internationale stimulante. Un challenge qu’elles savent conditionné par l’innovation et par l’accueil de technologies des partenaires de toute l’industrie.

Troisième marché mondial de la cosmétique

Le Brésil s’est placé en quelques années aux premiers rangs mondiaux sur de nombreux segments de la Beauté. Ce pays compte la représentation la plus complète des différentes nationalités, des caractéristiques multi-ethniques presque universelles, et cela en fait un environnement propice à l’innovation et à la recherche pour les entreprises.

Et le contexte général de ralentissement économique qui survient actuellement après 30 années de développement continu doit permettre de réfléchir à plus long terme en tenant compte des indicateurs positifs et de l’émergence de nouvelles tendances.

Troisième marché mondial de produits cosmétiques derrière les États-Unis et la Chine, le Brésil représente 9,4 % de la consommation mondiale de produits cosmétiques et se place au premier rang sur les segments Déodorants, Parfums et Produits solaires. En dépit de l’affaiblissement apparent de l’économie brésilienne, la beauté et le marché du soin de la personne souffrent moins que la plupart des autres segments de l’économie. La cosmétique est le secteur d’activité le plus dynamique du pays avec une progression 3 fois supérieure à celle du PIB.

Au sein du secteur hygiène, parfums, cosmétiques (HPC), la catégorie maquillage se maintient à la troisième place de la consommation mondiale et représente 7,7 % du marché des cosmétiques brésilien avec une répartition homogène des sous catégories (ongles 28%, lèvres 24 %, visage 24 % et yeux 24%).

Selon Euromonitor, le segment de produits pour les lèvres a progressé de 300 à 830 M$ entre 2000 et 2014, 73% des brésiliennes utilisent un rouge à lèvre ou un gloss. La catégorie ongles a connu la plus belle progression, de 117 à 974 M$ sur la même période. 71% des brésiliennes ont utilisé un vernis au cours des six derniers mois. 571 millions d’unités ont été produites en 2014. Le segment Visage (fond de teint, base, blush) culmine à 817 M$ en 2014 avec 150 lancements par an. 34 % des brésiliennes recherchent des produits qui hydratent leur peau et 38 % qui sont faciles à appliquer. Le mascara domine à 38 % le segment des yeux qui représente 832 M$, devant le crayon/eyeliner 29% et les ombres à paupières 22%.
32% des femmes brésiliennes se maquillent régulièrement (source Mintel).

Fort potentiel de croissance pour le maquillage

Si la vente directe reste le modèle le plus répandu au Brésil, le développement des infrastructures, la multiplication des canaux de vente et le défi d’une concurrence internationale grandissante ouvrent aujourd’hui de nouvelles perspectives et déterminent les enjeux.

L’ouverture à la variété des produits makeup est récente pour la femme brésilienne qui reste encore basique dans sa consommation. Le pourcentage des ventes est pour le moment inférieur aux autres pays et souvent limité au rouge à lèvre, vernis à ongle et au mascara. Cela laisse entrevoir un potentiel de croissance intéressant, à condition toutefois de faire entrer la consommatrice dans un univers plus vaste.

L’attractivité du Brésil a ouvert le marché de la cosmétique et du maquillage à une concurrence internationale multiple et croissante. Avec 8% de produits importés, l’hégémonie locale ne semble pourtant pas menacée pour l’heure, même s’il faudrait aussi prendre en compte la part de marché des filiales de société internationales produisant dans le pays. L’arrivée de nouveaux concurrents a toutefois incité les sociétés brésiliennes à réagir.

De concert, chacune salue l’opportunité de pouvoir, par l’arrivée des grandes marques internationales, s’inspirer et s’améliorer. Une concurrence qui pousse à sortir de sa zone de confort pour donner à la consommatrice le choix de la qualité et de la créativité ne peut être que source de croissance soulignent-elles. La variété de l’offre et la nouveauté contribuant à éduquer le marché, notamment du maquillage, engendrent un effet positif.

Bien que l’influence de prestataires internationaux déjà implantés se fasse déjà sentir, chacune des marques en présence appelle à plus d’options.