MakeUp in Shanghai…, au carrefour des tendances !

Dans un peu plus d’un mois, les 11 et 12 avril prochains, MakeUp in Shanghai ouvrira ses portes en même temps que Luxe Pack Shanghai. Après le succès de MakeUp in LosAngeles, la tenue de cette première édition à Shanghai est bien la preuve du fantastique développement du secteur du maquillage en Chine. Un développement qui ne cesse de s’accélérer sous l’influence de toutes les tendances en provenance, bien sûr, de la côte Ouest des États-Unis, mais aussi du Japon et de la Corée. Deux conférences ne vont pas manquer de passionner les visiteurs. La première le 11 avril de 14h à 14h45 animée par Florence Bernardin, Information & Inspiration, sur le thème : « La J-Beauty, comment le Japon est entrain de redéfinir le marché des cosmétiques ? » ; et la seconde le 12 avril de 13h à 13h30 organisée par Leila Rochet-Podvin, Cosmetic Inspiration & Création, sur le thème : « Tendances maquillage aux États-Unis: Quelles sont les tendances à suivre et quelle sera la prochaine grande avancée dans le secteur ». À ne manquer sous aucun prétexte ! Explications par les intéressées elles-mêmes…

Florence Bernardin, une spécialiste des marchés cosmétiques asiatiques et Directrice Générale de Information & Inspiration, montrera au travers des tendances et des produits comment la « J-Beauty » et la « K-Beauty » sont différentes mais complémentaires. Elle expliquera aussi comment l’une existe grâce à l’autre et comment toutes les deux répondent aux besoins et attentes des consommatrices du monde entier.

Leïla Rochet-Podvin est une « Beauty Trotter » qui se passionne pour les influences culturelles en provenance du monde entier, les changements de mode de vie des consommateurs, les innovations et leurs influences sur la beauté. Leila intervient fréquemment lors d’événements spécialisés dans le secteur cosmétique et a organisé de nombreuses conférences dans le monde entier. Elle reviendra sur les racines du marché cosmétique américain et sur les grands changements sociétaux qui ont conduit à ces bouleversements. Basée à Paris avec un réseau de partenaires internationaux, son Agence travaille avec les plus grandes entreprises cosmétiques à travers le monde. Elle est titulaire d’un MBA de la Cornell University (New York, USA) et a occupé différents postes internationaux dans les domaines du marketing et du développement international chez Procter & Gamble et LVMH.

Japon / Corée : « On rejoue le match ! »

Florence Bernardin

MakeUp in…™ : Selon l’Association de l’industrie cosmétique japonaise, les exportations de la « J-Beauty » ont augmenté, d’une année à l’autre en 2016, de 28,8% à 267,6 milliards de yens (environ 2,4 milliards de dollars), dépassant pour la première fois les importations de produits cosmétiques, et avec 300 milliards de yens, elles devraient dépasser les exportations coréennes ($ 2,75 milliards) en 2017. Des douzaines d’articles de presse se réfèrent maintenant à la « J-Beauty » comme le nouvel heureux gagnant de la région après l’énorme expansion de la « K-beauty » … mais est-ce seulement un effet de mode, ou une question de suprématie « cosmétique » ?

Florence Bernardin : Le Japon est un marché mature, axé sur la qualité et les consommatrices. Voici quelques éléments clés qui permettront de se faire une idée plus précise de la « J-Beauty »…
Les consommatrices en prenant de l’âge se sentent beaucoup plus concernées par leur beauté intérieure plutôt que par leur paraitre. Pour elles, une peau idéale est un teint de peau naturel avec un éclat de peau parfait. L’expression de leur féminité est traduite sans excès, elle est parfaitement équilibrée et maîtrisée.
Le pays a été confronté à des années de crise économique, politique et malheureusement à des catastrophes environnementales qui ont permis l’émergence d’une tendance majeure privilégiant la simplicité, le minimalisme, les produits naturels et bios, mais sans aucun compromis sur la qualité. Le packaging, la formule, praticité des applicateurs, le dosage… chaque étape du rituel beauté doit être parfaitement maitrisée.
Des ingrédients à la formule, le « Made in Japan » n’a jamais été aussi présent,… le garant de produits de qualité, sûrs et propres. On a assisté à l’émergence de nombreuses nouvelles marques grâce à de nouveaux canaux de distribution, comme Cosme Kitchen. Les marques revendiquent l’origine locale et artisanale des matières utilisées et des ingrédients issus du savoir-faire traditionnel.
Les produits à « petit prix » sont maintenant présents dans toutes les catégories et toutes les enseignes permettant ainsi de combiner différentes approches beauté. Les produits cosmétiques japonais sont devenus abordables et faciles d’accès.
Le « Layering » qui trouve son origine au Japon, et qui consistait en l’application en deux étapes, de nettoyants, d’hydratants et de fonds de teint, est maintenant remplacé dans la semaine par des produits « tout-en-un » qui peuvent remplacer jusqu’à 7 étapes du rituel beauté, soit 7 produits. Ainsi, il n’y a pas eu de création de nouvelles étapes inutiles ou nouveaux produits dans le rituel beauté, mais au contraire l’apparition de « produits-raccourcis » adaptés au style de vie.
Ainsi, on peut dire que le cliché de la routine beauté japonaise avec son maquillage compliqué, cher, avec des fonds de teints mats et poudrés est devenu obsolète à la faveur d’une beauté beaucoup plus facile, simple et naturelle.

MakeUp in…™ : En revanche, La Corée est un marché jeune, tendance, axé aussi sur les consommatrices, n’est-ce pas ?

Florence Bernardin : Grâce à la « K-beauty », l’univers cosmétique a évolué vers de nouvelles textures, de nouvelles étapes de beauté, de nouvelles sensations pour de nouveaux concepts produits tels que les BB-, CC-Creams, les Cushions, les Tone up, ou les Sleeping Masks…
La majorité des consommateurs sont des jeunes ; ils veulent exploiter au maximum le potentiel des produits cosmétiques afin de parvenir à l’expression de la beauté idéale qui est la clé de leur réussite sociale. Les dernières tendances à la mode sont : un teint lumineux et frais, des lèvres teintées, et des sourcils « boyish »…
Les produits sont élaborés pour le « Layering » : un grand nombre d’étapes permettant aux femmes d’obtenir un teint de peau idéal, parfait et conforme à leurs attentes. Tant les marques que les consommatrices sont toujours entrain de chercher à élaborer de nouvelles étapes à cette routine.
Les formules à base d’ingrédients naturels, mais aussi les marques Derma-Care / Dr’s Brands ont ouvert la voie à une nouvelle approche de la beauté vers un nouvel univers beauté passionnant.
Les éditions limitées et les partenariats génèrent toujours de nouvelles envies de produits.
Faire du shopping à Séoul est toujours perçu comme une nouvelle aventure : il y a toujours quelque chose à tester ou à découvrir au travers de nouvelles expériences en magasins, de la réalité virtuelle au « Color Factory Lab » en passant par les approches minimalistes des galeries d’art.
Comme on le voit, la « K-beauty » a transformé l’usage des cosmétiques en instants de « fun », de plaisir avec de nouvelles attentes beauté quant aux résultats. Ce qui est sûr c’est que la « K-beauty » restera un booster de l’industrie cosmétique.

USA : Un marché de 90 milliards de dollars !

Leila Rochet-Podvin

MakeUp in…™ : Quelles sont les innovations et les nouvelles tendances en provenance des USA ?

Leïla Rochet-Podvin : Les États-Unis sont le plus grand marché cosmétique de la planète. Porté par les produits de maquillage et le Premium, ses ventes estimées aujourd’hui à $ 80 milliards devraient franchir la barre des $ 90 milliards d’ici 2020 selon Euromonitor.
C’est également un pays qui a connu des mutations profondes provenant de la croissance de l’e-commerce et la montée en puissance des « indie brands » (marques de niche indépendantes) qui ont favorisé la disruption de ce marché et se sont hissées au rang de la « Classe Créative » de la beauté.

MakeUp in…™ : On parle aujourd’hui de véritable « rupture » entre le monde d’hier et celui de demain en matière de consommation de produits de maquillage.

Leïla Rochet-Podvin : L’activité du secteur cosmétique n’a jamais été aussi intense et de nouveaux entrepreneurs ont pris d’assaut le marché, brouillant les pistes empruntées par les marques traditionnelles. Les règles du jeu sont en train d’être réinventées alors que les consommatrices sont de plus en plus à la recherche de marques excitantes, « fun » et proches de leurs valeurs.
Au cours de ma présentation, je reviendrai sur les racines du marché américain de la beauté et sur les bouleversements sociétaux qui ont conduit à cette situation. Je présenterai également quatre des grandes tendances à suivre, de la représentation plus inclusive de la beauté à la nouvelle quête du bien-être holistique.